Annuler
Annuler
Annuler

Mutli-Accueil La Marelle Enchantée

Accès réservé

Année :
  • Identifiants oubliés!
  • Navigation

    Accueil > Publication > Le projet >

    Le projet

    LE PROJET DE L’ASSOCIATION LA MARELLE ENCHANTÉE

    Notre projet se compose de trois parties :

    - Le projet Social à lire en ligne ci-dessous (Version PDF à télécharger ici.)
    - Le projet Educatif à lire en ligne ci-dessous (Version PDF à télécharger ici.)
    - Le projet Pédagogique (en cours de réactualisation)

    Pas de commentaire!

    Ecrire un commentaire

    Rappel : Ne communiquez jamais vos données personnelles (nom, adresse, n° de téléphone...) !
    Votre nom :
    Votre email :
    Je souhaite m'abonner à la Newsletter :

    Recopiez le code de vérification suivant : image de protection Respecter les MAJUSCULES et les minuscules.

    Votre commentaire (300 caractères max) :

    N'oubliez pas que les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits par les conditions générales d'utilisation du site et que vous pouvez être identifiés par votre adresse internet (18.204.42.98) si quelqu'un porte plainte. Le responsable de publication se garde le droit de publier ou non les commentaires.

    Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par le responsable de publication du site lamarelleenchantee.ovh dans le but de gérer les membres du site (Identification). Elles sont conservées pendant la durée d'inscription du membre et sont destinées au responsable de publication. Conformément aux lois « Informatique & Liberté » et « RGPD », vous pouvez exercer vos droits d'accès aux données, de rectification ou d'opposition en vous adressant à l'école (Voir rubrique "mention légale").
    Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.

    En validant le commentaire, vous acceptez que votre adresse IP soit enregistrée par soucis d'identification et ceci pendant toute la durée de publication du commentaire. De même, en saisissant votre mail, vous acceptez que celui-ci soit conservé par soucis d'identification et ceci pendant toute la durée de publication du commentaire.
    Comme cela est précisé dans les mentions légales, vous pouvez demander la correction ou la suppression de ces données ou du commentaire, ceci avoir pour effet de supprimer intégralement le commentaire et toutes les données associées.

    LE PROJET SOCIAL DE L’ASSOCIATION LA MARELLE ENCHANTÉE

    PRÉSENTATION DE LA STRUCTURE :

    La Marelle Enchantée est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 à but non lucratif, avec pour objet la création d’un lieu d’accueil parental.

    Elle accueille des familles de la commune de Montagnac-Montpezat où elle se situe, mais également des 5 communes environnantes : Ste croix, Roumoules, Quinson, Allemagne en Provence et Puimoisson.

    Elle a vu le jour le 26 janvier 1990 en tant que crèche parentale, sous l’impulsion d’un groupe de parents souhaitant avoir l’opportunité de faire garder leurs enfants dans leur propre commune.

    Elle ouvrit ses portes dans les locaux de la mairie, deux employés étant chargés d’accueillir les 8 enfants qui la fréquentent alors.

    Cependant, à cause d’une trop faible fréquentation, la crèche sera fermée de 1991 à février 1994 où elle rouvre puis déménage en 1997 dans de nouveaux locaux mis à disposition par la mairie (et qui sont toujours les locaux actuels).

    Afin de s’adapter au mieux aux besoins des familles, l’accueil proposé par la crèche a, par la suite, été élargi en augmentant les jours et horaires d’ouverture de la structure. Et c’est ainsi que le 1er septembre 2000, 4 employés accueillaient 12 enfants du lundi au vendredi, de 8h30 à 18h30.

    En 2004, des travaux ont été effectués pour agrandir les locaux et aménager une surface extérieure respectant les normes de sécurité en vigueur, permettant ainsi d’accueillir les enfants dans de meilleures conditions. Les subventions accordées par la CAF pour ces travaux imposaient de passer à un agrément plus important, la surface des locaux a permis la délivrance d'un agrément par la PMI pour 16 enfants, impliquant donc nécessairement la création d’emplois supplémentaires.

    En 2011, de nouveaux statuts sont votés en Assemblée Générale extraordinaire : la crèche devient un multi-accueil « associatif collectif » ce qui va lui permettre de bénéficier de moyens financiers supplémentaires et ainsi d'assurer sa pérennité à court et moyen terme.

    A ce jour, le multi-accueil est fréquenté par une trentaine de familles de 8h à 18h du lundi au vendredi.

    LA MARELLE ENCHANTÉE SUR LE TERRITOIRE

    La Marelle Enchantée se situe sur la commune de Montagnac-Montpezat.

    Montagnac-Montpezat est une commune française située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle a été formée le 1er janvier 1974 par fusion-association des communes préexistantes de Montpezat et de Montagnac, selon la loi du 16 juillet 1971 la première des deux communes était alors quasiment vidée de ses habitants.

    En conséquence, la commune regroupe actuellement deux villages (Montagnac et Montpezat), distants d'environ 4 kilomètres. Montagnac-Montpezat est une commune de 426 habitants d’après le recensement de 2009, sur une zone de revitalisation rurale (ZRR). Proche du village de Riez et près de l’agglomération de Manosque.

    LES FAMILLES ACCUEILLIES

    La Marelle Enchantée est un lieu qui permet aux familles de concilier vie sociale, vie professionnelle et vie familiale.

    Toutes les familles peuvent être accueillies. Actuellement, il y a des familles dont les parents sont saisonniers, restaurateurs, agriculteurs, fonctionnaires, au chômage, en congé parentale, auto entrepreneures et salariés.

    CAPACITÉ D’ACCUEIL

    Conformément à l'agrément délivré par la Protection Maternelle et Infantile, service du Conseil Général des Alpes de Haute Provence, la structure "La Marelle Enchantée" peut accueillir depuis le 1er Novembre 2006 : 16 enfants âgés de 6 semaines à 6 ans simultanément de 8h à 18h.

    TYPES D’ACCUEILS

    Trois types d'accueils sont proposés :

    • L'accueil régulier : Il concerne tous les enfants de moins de 4 ans qui fréquentent l'équipement régulièrement selon un planning fixé mensuellement par chaque famille et validé par la responsable. Une mensualisation sur 3 mois est possible.
    • L'accueil occasionnel : Il concerne :

    Tous les enfants de moins de 4 ans qui fréquentent l'équipement sans réservation mensuelle préalable, en fonction des places disponibles après accord de la responsable.

    Les enfants de 4-6 ans scolarisés, dans le cadre d’un accueil périscolaire : le soir à partir de 16h et le mercredi et les vacances.

    • L'accueil d'urgence : Il concerne les enfants de tous les âges. La possibilité d’accompagner des familles dans leur parcours quelquefois difficile d’appropriation de la fonction parentale.

    Le multi-accueil enregistre et inscrit toutes les demandes d’accueil à temps complet ou occasionnel qui lui sont adressées par téléphone ou sur rendez-vous. Les familles dont les demandes d’accueil ne sont pas pourvues sont dirigées vers les assistantes maternelles du secteur et se voient proposer un accueil occasionnel si des créneaux sont disponibles, ils sont inscrits en liste d’attente.

    A ce titre la Marelle Enchantée constitue un lieu ressource qui peut orienter les familles vers d’autres types de services, nous recensons les adresses et les contacts utiles aux familles.

    L’ACCUEIL D’ENFANTS PRÉSENTANT UN HANDICAP OU ATTEINTS D’UNE MALADIE CHRONIQUE

    Si un enfant présente un Handicap, il sera réalisé autour de lui un Projet d’Accueil Individualisé pour répondre à ses besoins (au niveau médical et de l’encadrement).  Le multi-accueil pourra, à ce titre, faire partie intégrante d’un partenariat avec la famille et les autres organismes (milieu spécialisé) qui gravitent autour de l’enfant pour l’accompagner dans sa démarche d’autonomie et d’intégration sociale. L’accompagnement individualisé sera mis en place par rapport au degré de handicap. L’important étant que l’enfant et sa famille ne se sentent pas différents des autres enfants.

    Si un enfant est atteint d’une maladie chronique, un Projet d’Accueil Individualisé pourra également être mis en place en partenariat avec  le multi-accueil, le médecin référent et la famille afin que les membres de l’équipe puissent intervenir correctement auprès de l’enfant (régime spécial, traitement).

    LES CRITÈRES D’ATTRIBUTION DES PLACES

    Tous les accueils, qu’il s’agisse d’un accueil occasionnel ou régulier, feront l’objet d’une contractualisation et d’une facturation correspondante.

    Le Conseil d’Administration a établi des critères d’attribution, ils ont pour but de répondre aux besoins des familles tout en respectant les objectifs de l’association et les règles communes aux structures collectives d’accueil de la petite enfance.

    • 1er critère – si un enfant de la famille est déjà accueilli dans l'établissement
    • 2ème critère – la date d'inscription
    • 3ème critère – les horaires. Il doit y avoir concordance entre la demande d’une famille et le créneau disponible
    • 4ème critère – si la commune d'habitation de la famille finance  le multi-accueil par le biais du contrat enfance jeunesse

    LA PLACE DES FAMILLES

    LA FONCTION D’EMPLOYEURS

    La gestion, le fonctionnement et l’existence même de l’association et  du multi-accueil la Marelle Enchantée reposent sur un principe fondamental d’implication des parents. Toutes les familles qui rejoignent  le multi-accueil en y inscrivant leur enfant deviennent membres de l’association et peuvent devenir membres du conseil d’administration. Avec cette instance, principal organe décisionnaire de la structure, chaque famille peut prendre part aux décisions prises collectivement et de façon démocratique. Ce conseil d’administration se réunit tous les 2 mois environ.

    Le conseil d’Administration est composé de parents volontaires, en l’absence de volontaires, le CA et l’Association n’ont plus lieu d’être et  le multi-accueil est fermé.

    Parmi les membres du CA, sont élus les représentants du bureau avec les postes suivants :

    • Le Président
    • Le Trésorier
    • Le secrétaire
    • Les suppléants

    Le Conseil d’Administration est l’entité employeur des salariés de l’association, à ce titre, il délègue une partie de ses responsabilités à la directrice. Les délégations sont définies dans sa fiche de poste.

    LA FONCTION D’ANIMATION DE LA VIE ASSOCIATIVE ET DES FINANCEMENTS

    La structure La Marelle Enchantée est une association qui dynamise le territoire en créant diverses manifestations tout au long de l’année : dont les parents s’engagent à animer.

    Une tombola, un repas des familles, une journée de Noël….

    Elle participe à plusieurs manifestations organisées dans la commune : marché de noël, journée des enfants, noël de la mairie…

    Le fait d’être très présente dans la vie du territoire, cela permet à l’association de participer à une dynamique qui tend à rassembler les gens. Cela crée du lien social, un réseau sur le territoire pour la population en général afin d’éviter l’isolement. Pour les familles, cela crée un groupe d’appartenance où peuvent éclore des échanges sur le rôle de parent.

    Ces différentes manifestations permettent aussi de récolter des fonds afin d’améliorer la qualité d’accueil et permettre à la structure de fonctionner. L’utilisation de ces fonds servira à l’achat de matériel, de jouets, à la mise en conformité des locaux.

    Le CA est en charge de rechercher et de prendre contact avec différentes fondations ou entités de financement afin de récolter des fonds. Ces fonds peuvent, selon leur nature, servir au budget équipement ou pédagogique du multi-accueil ou même venir financer un projet ponctuel en lien avec le présent projet d’établissement.

    LES VALEURS DE L’ASSOCIATION DE PARENTS GESTIONNAIRE DU MULTI-ACCUEIL

    Les valeurs définies par les parents sont les suivantes :

    • L’intérêt, l’adhésion et l’investissement dans la vie associative,
    • L’implication parentale dans le quotidien de son enfant,
    • L’échange et l’entraide entre parents, la création d’un réseau de relations sociales à travers l’association.
    • Le choix éducatif et pédagogique du mode de garde en collectivité pour une socialisation précoce, et la garantie de compétences professionnelles dans le domaine de la petite enfance.
    • Le respect des différences éducatives et culturelles de chaque famille.
    • Le respect des valeurs définies selon l’ACEPP :
      • La reconnaissance du parent comme premier éducateur de l’enfant,
      • La collaboration parents/professionnels pour la qualité de l’accueil et l’éveil des enfants,
      • Le développement des initiatives collectives parentales ouvertes à tous dans le respect des différences.

    LA PLACE DE L’ÉQUIPE SALARIÉE :

    COMPOSITION DE L’ÉQUIPE :

    L’équipe salariée est composée actuellement de 7 personnes :

    - 6 CDI 35h hebdomadaire :

    1 directrice (Éducatrice de Jeunes Enfants)

    2 Co-responsables (Auxiliaire Puériculture)

    3 animatrices (CAP Petite Enfance)

    - 1 Apprentie CAP (Accompagnement éducatif Petite Enfance) ou EJE

    Les stagiaires : nous sommes également en démarche de formation, nous accueillons des stagiaires tout au long de l’année pour les accompagner dans l’apprentissage de nos différentes formations. Cela nous permet aussi de nous bousculer dans nos pratiques et d’être en perpétuelle remise en question.

    Les assistantes maternelles : nous accueillons les assistantes maternelles du secteur afin qu’elles profitent  du multi-accueil avec les enfants qu’elles accueillent, et que nous puisons échanger ensemble sur l’accueil des enfants. Un roulement est proposé.

    LE TRAVAIL EN ÉQUIPE

    Les personnes en direction mettent en place un projet autour de la notion de bientraitance pour les salariés et les bénévoles. Elles ont pour mission de permettre à chaque membre de l’équipe de trouver sa place, de se sentir bien dans son métier et de fédérer le groupe autour d’un projet commun.

    Pour tendre vers cette mission, les personnes qui travaillent en ce lieu doivent comprendre et être acteur dans le projet  du multi-accueil. Pour que le projet puisse avancer dans de bonnes conditions, il faut que chaque membre du système en comprenne le sens et y adhère.

    L’équipe de direction est convaincue que plus les professionnels seront bien-traités et plus ils seront bien-traitants envers les enfants.

    Les enfants comme l'équipe sont plus heureux dans une ambiance joyeuse et décontractée, et les professionnels ont conscience qu'ils sont tous responsables de l'ambiance qui règne au sein de la structure.

    Travailler en équipe n'est pas inné... c'est un travail de tous les jours. Défendre ses opinions sans blesser les membres de l'équipe, expliquer ce que l'on est en train de faire de façon efficace, savoir entendre les difficultés de ses collègues et savoir passer le relais sont des qualités indispensables pour les professionnels de la Marelle Enchantée.

    Pour que l’équipe applique le projet au quotidien, il faut pouvoir se sentir bien, avoir des espaces de réflexions et des espaces de paroles. Pour ce faire l’équipe doit être dans une démarche de bienveillance les uns avec les autres. Il faut savoir respecter ses collègues dans leur pratique professionnelle. L’ouverture à l’autre, le non jugement, l’empathie, la confiance, l’écoute, le partage de savoirs, sont les fondements de la pratique professionnelle à la Marelle Enchantée.

    La directrice est garante du projet. Pour qu’il se réalise dans de bonne condition, elle va fédérer l’équipe de manière à ce que chacun se sente intégré et bien. L'ensemble du fonctionnement est pensé pour améliorer sans arrêt les conditions de travail des professionnels. Pour favoriser la cohésion d'équipe, éviter les idées reçues et pour ne pas laisser planer d'éventuelles rumeurs, l'ensemble de l'équipe a différents temps pour pourvoir échanger ensemble :

    • Des réunions d’équipe (1 fois tous les deux mois) qui peuvent servir à développer le projet, à questionner le quotidien ou à parler ensemble d’un dysfonctionnement au sein du groupe.
    • Il y a également des temps d’analyse de pratique (1 fois tous les deux mois quand les finances le permettent). Ces temps de réunion avec une personne extérieur au groupe (psychologue) permettent à l’équipe de mieux analyser des situations du quotidien qui questionnent ou des enfants en particulier afin de mieux les comprendre et les accueillir le plus justement possible.
    • L’équipe de direction se réunie également une fois par semaine pour faire le point sur ce qui se passe dans la structure, régler les dysfonctionnements organisationnels, ou simplement exprimer son ressenti sur son travail de responsable.
    • L’équipe a également des temps d’échange individuels avec la directrice pour s’exprimer, afin que le projet commun puisse avancer et qu’il ne soit pas parasité par des problématiques relationnelles.
    • Enfin, il y a des journées pédagogiques (1 à 2 fois par an) où l’équipe se réunie sans les enfants pour se former à une thématique précise liée au métier ou pour échanger autour du projet pour le faire évoluer tous dans le même sens.

    Tous ces temps d’échanges permettent de réfléchir en équipe sur le projet, sur la façon d'accompagner les enfants et sur les différentes situations rencontrées. Cela favorise la remise en question individuelle et l'esprit d'équipe.

    De manière plus individuelle mais toujours dans l’objectif d’enrichir le groupe et donc le projet, des formations individuelles sont proposées aux professionnels durant l'année. Chacun choisit une formation qui lui correspond et qui permet au groupe d’avancer dans sa pratique.

    LES MISSIONS DE L’ASSOCIATION MARELLE ENCHANTÉE

    Elles sont définies selon les textes en vigueur, décret de février 2007, et selon la politique Petite Enfance du territoire :

    • Répondre aux besoins des familles en offrant 16 places d’accueil selon des créneaux horaires définis par le règlement de fonctionnement.
    • Faciliter pour les familles la conciliation entre la vie familiale et la vie professionnelle.
    • Assurer un mode d’accueil de qualité et un niveau d’encadrement en accord avec la réglementation
    • Favoriser le bien-être physique, moral et affectif du jeune enfant de 0 à 6 ans.
    • Proposer un soutien à la fonction parentale et mettre en place une démarche de prévention en orientant vers des services médico- sociaux en cas de besoin.
    • Faire  du multi-accueil un espace intégrateur pour les familles en difficultés et les enfants en situation de handicap.
    • Assurer le bon fonctionnement de la structure en termes de gestion.
    • Inscrire la structure dans un travail de partenariat et de réseau sur le territoire.

    L’association prend également en considération le cadre national décliné dans la charte ci-dessous :

    1. Pour grandir sereinement, j’ai besoin que l’on m’accueille quelle que soit ma situation ou celle de ma famille.
    2. J’avance à mon propre rythme et je développe toutes mes facultés en même temps : pour moi, tout est langage, corps, jeu, expérience. J’ai besoin que l’on me parle, de temps et d’espace pour jouer librement et pour exercer mes multiples capacités.
    3. Je suis sensible à mon entourage proche et au monde qui s’offre à moi. Je me sens bien accueillie quand ma famille est bien accueillie, car mes parents constituent mon point d’origine et mon port d’attache.
    4. Pour me sentir bien et avoir confiance en moi, j’ai besoin de professionnels qui encouragent avec bienveillance mon désir d'apprendre, de me socialiser et de découvrir.
    5. Je développe ma créativité et j’éveille mes sens grâce aux expériences artistiques et culturelles. Je m’ouvre au monde par la richesse des échanges interculturels.
    6. Le contact réel avec la nature est essentiel à mon développement.
    7. Fille ou garçon, j’ai besoin que l’on me valorise pour mes qualités personnelles, en dehors de tout stéréotype. Il en va de même pour les professionnels qui m’accompagnent. C’est aussi grâce à ces femmes et à ces hommes que je construis mon identité.
    8. J’ai besoin d’évoluer dans un environnement beau, sain et propice à mon éveil.
    9. Pour que je sois bien traitée, il est nécessaire que les adultes qui m’entourent soient bien traités. Travailler auprès des tout-petits nécessite des temps pour réfléchir, se documenter et échanger entre collègues comme avec d'autres intervenants.
    10. J’ai besoin que les personnes qui prennent soin de moi soient bien formées et s’intéressent aux spécificités de mon très jeune âge et de ma situation d'enfant qui leur est confié par mon ou mes parents.

    LES PARTENAIRES

    Le multi-accueil La Marelle Enchantée travaille en partenariat avec différentes entités :

    LA CAISSE D’ALLOCATIONS FAMILIALES

    La CAF assure un rôle de conseil auprès de la structure, de financement de fonctionnement mais également de financement d’équipement. Le service PSU organise le suivi de la gestion de la structure et un contrôle des déclarations.

    LA PMI (PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE)

    Elle dépend du Conseil Général des Alpes de Haute Provence et par l’intermédiaire de son médecin, veille au respect des règles d’hygiène et de sécurité. En plus de son rôle de contrôle, elle assure un rôle de conseil auprès des professionnels et reste à leur disposition pour toute question relative à l’enfant.

    Des demandes de subvention peuvent être adressées au conseil Général en cas de création d’emploi.

    LE MÉDECIN RÉFÉRENT.

    Une convention sur trois ans a été signée avec un médecin du secteur. Le médecin référent est chargé de contrôler l’hygiène générale du multi-accueil et les conditions de vie des enfants.

    Il sera consulté pour les mesures à prendre en cas de maladies contagieuses survenant  au multi-accueil, ainsi que pour l’admission des enfants atteints de maladies bénignes. Il veillera à l’application des mesures préconisées par le Médecin-inspecteur départemental en cas d’épidémie et des mesures prophylactiques imposées au personnel.

    Il s’assurera de l’hygiène générale de l’établissement, notamment de l’hygiène alimentaire et de la propreté des locaux.

    Il peut intervenir lors de réunion pour répondre à l‘équipe sur des questions liées à la santé. Il peut également transmettre des informations importantes liées à une contamination au sein de la structure. Enfin il valide les projets d’accueil individualisé.

    LA MUNICIPALITÉ DE MONTAGNAC-MONTPEZAT

    La mairie met gracieusement les locaux à disposition du multi-accueil et participe aux travaux d’entretien. Elle prête également la salle polyvalente lors des manifestations (fête de Noël, Assemblée Générale, etc…) et des salles de réunion dans le bâtiment de la Mairie lors de rencontre avec les partenaires (CAF, MSA, Association Alpe, Conseil Général…). Elle accompagne l’association à différents moments de sa vie : Assemblées Générales, manifestations, etc…

    La mairie accorde une subvention de fonctionnement annuelle à l’association La Marelle Enchantée qui est votée par le Conseil Municipal.

    PROVENCE DÉLICES

    Le traiteur Provence Délices de Rians nous livre les repas. Il fournit une fois par semaine des repas végétariens, mais également parfois bios et locaux.

    LE RÉSEAU ACEPP

    L’association La Marelle Enchantée est adhérente du réseau ACEPP, Association des Collectifs Enfants Parents Professionnels. L’établissement dépend de la fédération d’association ALPE. C’est un réseau de 28 structures d’accueil pour la petite enfance sur le département des Alpes de Haute-Provence.

    Elle accompagne les structures adhérentes dans le but de pérenniser leur activité.

    De ce fait, elle peut bénéficier des différentes actions menées en direction des structures petites enfance à gestion parentale :

    • Soutien et conseil technique pour la gestion des lieux d’accueil associatifs à participation parentale
    • Animation d’un réseau actif d’entraide et de solidarité
    • Diffusion d’informations et de documentations auprès d’un large public de parents, de professionnels du secteur sanitaire et social, d’élus, de responsables d’entreprises...
    • Informe sur toute évolution du contexte réglementaire des structures d’accueil petite enfance
    • Formation des bénévoles associatifs, des professionnels de la Petite Enfance, des jeunes en insertion
    • Recherches-actions pour soutenir et enrichir l’accueil de tous et la démarche interculturelle
    • Accompagnement d’actions de développement social en milieux fragiles (rural et urbain)

    La responsable technique participe aux réunions d’échanges sur les pratiques professionnelles organisés par l’ACEPP ALPE.

    Elle assure également des missions d'animation, de développement et de fédération de différents lieux d’accueil par exemple par un service de ludothèque itinérante comme la Turboludo.

    LE FINANCEMENT DU MULTI-ACCUEIL

    Le multi-accueil est financé par plusieurs modalités conjointes :

    LA PARTICIPATION DES PARENTS AU PRIX HORAIRE.

    Toutes les familles désirant un accueil régulier dans le temps, qu’il soit à temps plein ou temps partiel, reçoivent une proposition de contrat mensuel, annuel ou trimestriel, ce document est contractualisé avec la Responsable Technique de l’établissement dans le respect du règlement de fonctionnement.

    Pour un accueil occasionnel : les contrats sont proposés pour des durées de 1 mois à 3 mois sur des créneaux horaires définis et identiques chaque mois. L’accueil peut être modulé en fonction des places disponibles.

    Pour un accueil d’urgence : aucun contrat n’est proposé, la facturation est réalisée à l’heure.

    Le calcul du taux horaire suit strictement les barèmes adressés par la CNAF, une copie des avis d’imposition est demandée pour ce calcul et il est expliqué à chaque famille ou une connexion au réseau CAFPRO est réalisé pour faciliter le calcul des tarifs horaires.

    LA CAF – LA PRESTATION DE SERVIE UNIQUE ET LA MSA (MUTUALITÉ SOCIALE AGRICOLE)

    Ces deux organismes soutiennent la structure en complétant la participation financière des familles en versant une « prestation de service », sous réserve du respect d’un certain nombre d’engagements (taux de remplissage et d’encadrement, qualité d’accueil…). La CAF participe à hauteur de 66% au budget global de la structure par l’intermédiaire de la Prestation de Service Unique, ce mode de financement est calculé à l’heure. Une demande annuelle de subvention d’équipement peut être faite afin de financer le renouvellement du matériel vétuste ou l’acquisition de nouveau matériel à hauteur de 80% de prix de l’achat.

    LES COMMUNES SIGNATAIRES DU CONTRAT ENFANCE JEUNESSE

    Les Municipalité de Montagnac-Montpezat, Allemagne en Provence, Puimoisson, Roumoules et Quinson allouent une subvention de fonctionnement qui est définie par le Contrat Enfance Jeunesse.

    LES ORIENTATIONS ACTUELLES ET FUTURES DE LA MARELLE ENCHANTÉE

    • Maintenir une forte implication des parents dans la structure
    • Pérenniser la structure indépendamment des changements de Bureau
    • Assurer une stabilité financière permettant le maintien des emplois et donc de l’accueil des enfants
    • Favoriser un accueil de qualité répondant aux besoins des familles
    • Favoriser les échanges entre parents ; et entre parents et professionnels
    • Le développement des partenariats : de nouveaux partenariats sont à envisager, en sus, de ceux existants car ce sont des éléments moteurs et dynamisant pour la vie de l’association, ils sont à la fois : conseils, financeurs, organes de contrôle et de soutien…

    Pas de commentaire!

    Ecrire un commentaire

    Rappel : Ne communiquez jamais vos données personnelles (nom, adresse, n° de téléphone...) !
    Votre nom :
    Votre email :
    Je souhaite m'abonner à la Newsletter :

    Recopiez le code de vérification suivant : image de protection Respecter les MAJUSCULES et les minuscules.

    Votre commentaire (300 caractères max) :

    N'oubliez pas que les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits par les conditions générales d'utilisation du site et que vous pouvez être identifiés par votre adresse internet (18.204.42.98) si quelqu'un porte plainte. Le responsable de publication se garde le droit de publier ou non les commentaires.

    Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par le responsable de publication du site lamarelleenchantee.ovh dans le but de gérer les membres du site (Identification). Elles sont conservées pendant la durée d'inscription du membre et sont destinées au responsable de publication. Conformément aux lois « Informatique & Liberté » et « RGPD », vous pouvez exercer vos droits d'accès aux données, de rectification ou d'opposition en vous adressant à l'école (Voir rubrique "mention légale").
    Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.

    En validant le commentaire, vous acceptez que votre adresse IP soit enregistrée par soucis d'identification et ceci pendant toute la durée de publication du commentaire. De même, en saisissant votre mail, vous acceptez que celui-ci soit conservé par soucis d'identification et ceci pendant toute la durée de publication du commentaire.
    Comme cela est précisé dans les mentions légales, vous pouvez demander la correction ou la suppression de ces données ou du commentaire, ceci avoir pour effet de supprimer intégralement le commentaire et toutes les données associées.

    LE PROJET EDUCATIF DE L’ASSOCIATION LA MARELLE ENCHANTÉE


    INTRODUCTION :

    Le projet éducatif de la Marelle Enchantée est un support de travail qui harmonise la pratique professionnelle et lui donne sens. C’est une réflexion menée par toute l’équipe et validée par le conseil d’administration.
    Accueillir un enfant et sa famille doit être plus qu’un projet ; c’est une mission majeure qui se réfléchit à tout moment. Un grand travail de préparation et de suivi est donc indispensable pour penser cet accueil. En effet, la crèche est un lieu de rencontres entre les enfants, les familles, les professionnels. Pour être profond et pertinent, notre projet éducatif doit s’appuyer sur nos valeurs fondatrices que nous allons détailler si dessous.
    Très bonne lecture à toutes et à tous.

    PRESENTATION DE LA STRUCTURE :

    La crèche associative « La Marelle Enchantée » est régie par l’association du même nom, loi 1901. La structure a été créée le 26 janvier 1990 à l’initiative de parents. Elle est située sur la commune de Montagnac-Montpezat.
    La crèche est ouverte du lundi au vendredi de 8h à 18h.
    Elle accueille à la journée 16 enfants de 6 semaines à 6 ans. Ce qui représente une trentaine de familles sur l’année, qui proviennent des 6 communes environnantes.
    Composition de l’équipe :
    •    Une éducatrice de jeunes enfants, directrice de la structure
    •    Deux co-responsables, auxiliaires de puériculture ou CAP Petite Enfance
    •    Trois animatrices
    •    Une apprentie CAP accompagnement éducatif petite enfance ou éducatrice de jeunes enfants

    LES VALEURS EDUCATIVES VEHICULEES PAR L’EQUIPE

    La crèche est un lieu d’accueil du jeune enfant qui ne doit plus être perçu ou considéré comme un simple mode de garde. C’est avant tout un lieu de vie, ayant des fonctions éducatives où chaque enfant doit être considéré comme un individu à part entière. Pendant le temps d’accueil de l’enfant, l’équipe a un rôle primordial dans la construction de l’humanité à venir. Le projet éducatif traduit par écrit une vision globale des pratiques professionnelles.
    C’est un document qui va vous permettre de comprendre les 5 valeurs sur lesquelles l’équipe s’appuie pour permettre à l’enfant de devenir un individu libre qui pourra faire ses propres choix et réfléchir par lui-même. Un individu qui a pu développer l’esprit de curiosité et l’esprit critique. L’équipe souhaiterait également qu’à son entrée à l’école maternelle, l’enfant sache un peu plus qui il est.

    Pour cela, l'équipe travaille notamment sur la notion de bientraitance qu'Arnaud DEROO  décrit comme « une démarche humaniste dans chaque acte du quotidien vis-à-vis de soi et de l'autre ». Pour ce faire l’équipe travaille sur les attitudes professionnelles incontournables inspirées du livre de Christine SCHUHL  « Remédier aux douces violences » qui permettent d'être dans le respect de l'enfant tout au long de la journée. Les professionnelles respectent le rythme de l'enfant et sont à l'écoute de ses besoins.
    Le non-jugement : l'enfant est accueilli comme un être à part entière, avec un vécu, avec son histoire. Le non-jugement s’accompagne de la tolérance.
    Nous pensons que la société actuelle est exigeante avec l’enfant d’aujourd’hui. Il ne doit pas faire trop de bruit, il doit être beau, propre et performant. Notre objectif est de lui apporter une palette d’expérience pour qu’il sache ce qui l’intéresse ou pas afin qu’il ne soit pas formaté. Nous lui proposons des espaces où il peut s’exprimer, nous n’allons pas le comparer aux autres, ni lui pointer le fait qu’il s’est sali. Dans cette société de l’immédiateté, nous lui laissons le temps de réaliser une expérience jusqu’au bout.
    L’accueil d’un enfant, c’est créer pour lui un environnement où il va pouvoir vivre en toute sécurité et trouver ce dont il a besoin au moment où il en a besoin. C’est lui permettre de grandir. Pour cela un enfant a besoin de repères et de lien dans les différentes expériences qu’il est mené à faire. La crèche leur offre des repères de lieu, de temps et de personne.

    LES 5 NOTIONS DEVELOPPEES PAR L’EQUIPE EDUCATIVE :

    LA RELATION

    Nous mettons un point d’honneur à créer un relationnel de qualité au sein de la triangulation parent-enfant-professionnel et d’entretenir cette relation au quotidien.

    ENTRE PROFESSIONNEL ET PARENT :

    L’objectif d’une relation de qualité et que le parent se sente en confiance, qu’il se permette de communiquer de manière sincère avec l’équipe, qu’il se sente écouté et non jugé, pour être accompagné le plus justement possible dans son rôle de parent, dans le respect de son identité et de son histoire.
    Dans la société actuelle, le parent a accès à beaucoup d’informations par les biais des différents médias. Il est souvent en décalage avec l’éducation de ses propres parents. Ce trop-plein d’informations fait que le parent se sent souvent perdu. Notre objectif est qu’il écoute ses propres ressentis et ce que lui montre son enfant. Nous ne sommes pas là pour lui donner un énième conseil. Il est le seul à connaitre aussi bien son enfant.
    Si le parent se sent en confiance, il va plus facilement échanger avec l’équipe sur la vie de l’enfant (ce qu’il vit à la maison et ses besoins spécifiques) ce qui permettra à l’équipe de mieux l’accueillir et l’accompagner au sein de la structure. C’est donc une collaboration entre le parent et le professionnel qui se joue pour accueillir et accompagner l’enfant.

    L’équipe s’est formée aux différentes techniques de communication, à l’écoute active, à la notion d’empathie et de bienveillance. Le lien est la base de notre travail, nous essayons de créer un lien singulier avec chaque individu dans la structure.
    La société actuelle incite les parents par le biais des réseaux sociaux notamment à véhiculer une image de parent parfait. Nous, nous préférons la notion de parents suffisamment bons qui fait comme il peut, là où il en est de son parcours de vie. Nous voulons faire ressentir au parent qu’il ne doit pas se formater à un modèle d’éducation parfaite mais créer une relation authentique à l’écoute de soi et de son enfant.

    ENTRE PROFESSIONNEL ET ENFANT :

    L’objectif d’une relation de qualité c’est de permettre à l’enfant d’être lui-même et à l’écoute de ses émotions pour mieux les comprendre et les gérer. Pour cela nous essayons de développer dans la relation une sécurité affective qui lui permettra d’être rassuré dans son être intérieur sur le fait que nous sommes là pour l’accompagner de manière sereine et stable dans ses différents apprentissages. Pour lui permettre d’être lui-même, le professionnel adopte une posture bien précise et une juste distance pour ne pas être trop intrusif dans ses découvertes mais jamais très loin s’il a besoin de se rassurer. Pour arriver à trouver cette juste distance, le professionnel doit pouvoir prendre le temps d’observer les situations. Si une situation montre qu’il faut l’intervention de l’adulte, celui-ci va le faire de manière posée et bienveillante. L’adulte va se mettre à la hauteur de l’enfant, poser sa voix, mettre en lien des situations, aménager l’espace et proposer des réponses. Il va avoir une attitude exemplaire car on sait que l’enfant reproduit ce qu’il voit par mimétisme.
    Notre objectif professionnel est de ne pas se positionner en rapport de force avec l’enfant, il faut savoir l’accompagner en l’impliquant dans la situation pour qu’il soit acteur et qu’il trouve ses propres solutions. Si un rapport de force s’installe, l’adulte n’est plus à l’écoute de l’enfant, il essaye d’imposer quelque chose, et l’enfant n’est plus à l’écoute de l’adulte car il ne se sent plus écouté. Il n’y parviendra pas si son cerveau est parasité par des angoisses, des conflits avec l’adulte. Nous souhaitons rester d’égal à égal dans une relation d’écoute et de respect.
    Nous sommes constamment en relation avec les autres, il faut donc être dans une démarche de connaissance de soi pour arriver à prendre du recul sur notre comportement. Nous devons donc en tant que professionnelles nous écarter de notre propre histoire, de notre propre éducation et de nos préjugés. Ce travail se fait par le biais des échanges entre professionnels qui se posent sans cesse des questions pour s’extraire du quotidien, prendre de la distance afin d’avoir des pratiques professionnelles réfléchies en lien avec la théorie du développement du jeune enfant.

    LE PROCESSUS D’AUTONOMISATION

    Pour penser l’autonomie, l’équipe, à partir de son expérience, est partie du constat suivant. Nous sommes dans une société où parfois, l’enfant est hyper protégé et surveillé. On a peur que l’enfant se fasse mal. Trop « couvé » l’enfant afin de lui éviter toute déception, toute difficulté, n’est pas la solution. L’enfant trop « protégé » risque en effet de ne plus vouloir essayer seul, il peut devenir craintif et manquer d’assurance. Il n’aura pas forcément l’envie de s’autonomiser car tout sera fait à sa place. Un adulte qui fait à la place de l’enfant désireux de faire seul lui envoie comme message : « je fais pour toi car tu n’en es pas capable, tu ne vas pas y arriver ». Messages qui rabaissent l’enfant et lui donnent une mauvaise estime de lui-même. Et en même temps l’autonomie est une valeur plébiscitée. Les parents ont souvent hâte que leurs enfants soient autonomes pour des questions pratiques mais aussi parce que nous vivons dans une société qui reconnaît les meilleurs, ceux qui se débrouillent seuls, et de manière de plus en plus précoce. Les enfants sont parfois comparés entre eux « ah, il va déjà au pot ? il s’habille seul ? le mien ne veut jamais, alors qu’ils ont le même âge…etc. ». Chacun évolue à son rythme et « trop demander » à l’enfant risque davantage d’être source de tensions et même de conflits parents - enfants. Car l’autonomie de l’enfant ne se décrète pas, elle s’accompagne, elle est issue d’une initiative de l’enfant et non de l’adulte.
    L’étymologie de ce mot est « auto » (soi-même) et « nomos » (loi) : cela nous indique que l’autonomie est la capacité à se donner à soi-même une loi, une règle, et de la respecter par soi-même de façon indépendante. Selon le dictionnaire, « être autonome » c’est la « liberté de se gouverner par ses propres lois sans entamer la liberté d’autrui ».
    Ces définitions nous montrent alors que parler d’« autonomie de l’enfant » est bien loin de la réalité. C’est pourquoi nous parlons plutôt en petite enfance de « processus d’autonomisation », car il s’agit en effet d’un processus lent qui est en constante évolution au cours de la vie. L’autonomie comprend différents degrés en fonction de l’âge de l’individu, de ses capacités. Ce processus démarre dès la naissance, lorsque le bébé prend le contrôle de son propre corps. Et il continue tout au long de la vie, au fur et à mesure que l’enfant grandit.
    Nous déclinons l’autonomie sous trois formes :
    •    L’autonomie affective
    •    L’autonomie motrice
    •    L’autonomie de penser

    L’AUTONOMIE AFFECTIVE

    Tout d’abord, l’autonomie est étroitement liée à la sécurité affective, la confiance en soi et en l’estime de soi.
    Ainsi, dès la naissance, les interactions positives entre le bébé et ses parents et la réponse à ses besoins sont des éléments favorisant le lien d’attachement. L’attachement fait partie des besoins fondamentaux comme boire et manger. Si l’enfant n’arrive pas à créer ce lien avec un adulte il ne survivra pas. Par exemple, un enfant qui pleure et qui trouve des bras chaleureux pour le rassurer va renforcer la confiance qu’il a en l’adulte, le lien entre eux. Cet attachement et cette confiance lui permettent d’acquérir une sécurité affective qui lui donne la possibilité d’être serein dans son exploration du monde. Car il sait qu’il est protégé et soutenu par ses parents. Il se sent capable d’oser, de faire des essais / erreurs, de faire diverses expériences, se tromper, recommencer, jusqu’à réussir. L’accompagnement de l’adulte dans ces moments-là, sa bienveillance, permettent à l’enfant de renforcer sa confiance en lui et à devenir plus autonome.
     L’estime de soi, elle, se bâtit à travers les expériences de l’enfant et le regard que porte l’adulte qui s’occupe de lui. Un enfant soutenu, félicité dans ses actions, développe une perception positive de lui-même. Cela lui permet de prendre conscience de ses forces, de son potentiel, mais aussi de ses faiblesses. L’attention portée à l’enfant et les encouragements sont ainsi des vecteurs d’une bonne estime de soi. La période de 18 mois à 36 mois est d’ailleurs cruciale dans le développement de son autonomie et de son estime de soi. C’est à cet âge que l’enfant commence vraiment à vouloir faire des choses par lui-même. Il est souvent maladroit (car il expérimente) et prend du temps pour améliorer son geste, comprendre ce qu’il fait. C’est à ce moment-là qu’il a besoin des encouragements des adultes, de sentir que ceux-ci croient en lui et lui font confiance. Cela lui permet de renforcer son estime de lui-même et l’encourage à tenter encore et encore jusqu’à y arriver !
    Si, au contraire, les difficultés de l’enfant sont critiquées, si l’enfant est « puni » parce qu’il n’y arrive pas ou ne va pas assez vite, s’il sent de l’agacement parce que ce qu’il fait prendre du temps, alors il risque d’être honteux et perdre un peu de confiance en lui. Peut-être n’aurait-il plus envie de s’essayer à faire des choses seul, du moins, pendant un temps.
    Ainsi, comme nous venons de le voir, afin de favoriser les initiatives de l’enfant dans ses premiers pas dans l’autonomie, il a besoin de se sentir suffisamment en sécurité, d’avoir confiance en nous et en lui. Le rôle de l’adulte est ainsi essentiel, par la sécurité affective qu’il fournit à l’enfant, mais également par son accompagnement lors des « essais - erreurs » de l’enfant dans sa quête d’autonomie.

    L’AUTONOMIE MOTRICE :

    A la crèche nous laissons le bébé expérimenter de manière autonome son corps et son environnement. Car sans avoir besoin de l’intervention physique de l’adulte, un enfant suffisamment sécurisé et soutenu par le regard de l’adulte est capable de franchir seul, à sa manière et à son rythme, toutes les étapes de son développement, de la position sur le dos à la marche assurée selon un ordre génétiquement programmé ; et ce pour son plus grand plaisir.
    Cette découverte, nous la devons aux observations scientifiques de la pédiatre et psychopédagogue hongroise Emmi Pikler . Laisser à l’enfant une motricité libre comme elle le préconise, c’est lui permettre une totale liberté de mouvement afin qu’il découvre son corps et son environnement, développe une activité spontanée dans le respect de son rythme d’apprentissage. A la clé, une aisance corporelle parfois étonnante, une excellente capacité à évaluer les risques et à se tirer de situations imprévues, une meilleure confiance en lui…
    Au quotidien, choisir la motricité libre se traduit simplement par une attitude mûrement réfléchie, un espace et un matériel adaptés à l’enfant. C’est donc à nous de composer l’environnement dans lequel il va pouvoir s’appuyer sur ses propres ressources pour faire par lui-même dès son plus jeune âge. C’est à plat dos sur un tapis ferme mais confortable qu’un nouveau-né sera le plus à même de découvrir le monde qui l’entoure, d’expérimenter ses sensation, son corps. Sa tête est au repos, la cage thoracique à plat dégage ses poumons, ses mains et ses pieds sont mobiles, sa colonne vertébrale n’est pas sollicitée. C’est à la fois le point de départ de ses acquisitions motrices et la position la plus reposante pour lui, à laquelle il reviendra une fois fatigué de ses découvertes. A sa disposition, se trouvent des petits objets simples et légers et les sons et mouvements de la vie quotidienne autour de lui…

    Nous n’interrompons pas l’enfant dans son activité spontanée, on n’intervient pas de façon directe. On n’impose ni la stimulation, ni l’enseignement, ni une aide dont l’enfant n’aurait pas besoin et qui pourrait le rendre passif et dépendant de nous. Selon Emmi Pikler, « le seul but des interventions de l’adulte est de maintenir les conditions optimales à l’activité auto-induite des enfants ». Si l’enfant est en difficulté, montre des signes de fatigue ou d’ennui, on cherche à recréer une situation où il retrouvera soit son bien-être, soit son plaisir à être actif. Une phrase phare de Maria Montessori  dit d’ailleurs « aide moi à faire seul ».
    Par exemple : si en voulant se retourner, le bébé se retrouve un peu coincée, le bras sous sa poitrine et commence à pleurer. Après lui avoir laissé le temps de sortir seule de cette position inconfortable, on va faire le minimum nécessaire pour qu’il retrouve la maîtrise de la situation. Sans le changer de position, sans le tourner sur le ventre ou sur le dos, mais en développant d’autres stratégies pour qu’il fasse seul. On s’interdit aussi de saisir brusquement le bébé par l’arrière sans crier gare, en effet personne n’aime être porté par surprise sans savoir pourquoi, par qui. La place de l’équipe est dans l’observation de ses accomplissements que l’on peut commenter à haute voix, pas tant pour le féliciter mais plutôt pour lui faire prendre conscience de lui-même et de ses capacités.
    Plus l’enfant va pouvoir explorer par lui-même, plus il va pouvoir se sentir compétent, développer sa confiance en lui, acquérir une certaine sécurité dans cette liberté qui lui est laissée.  
    Nous respectons le rythme de ses acquisitions formant ainsi une solide base qui donne à l’enfant une réelle maitrise. C’est pourquoi l’enfant n’est jamais mis dans une situation dont il n’a pas encore le contrôle par lui-même. Au quotidien, c’est donc ne pas mettre l’enfant en position assise avant qu’il ne sache s’y mettre seul, ne pas le hisser en haut du toboggan avant qu’il sache y monter, laisser l’enfant monter l’escalier et franchir les obstacles à sa manière en restant derrière lui pour le sécuriser, ne pas l’aider à marcher en lui tenant les bras en l’air, ou à défaut le plus bas possible etc.
    Chacun a son rythme ! Il est difficile de donner des âges pour lesquels les enfants sont censés faire telle ou telle chose tout seul. Il s’agit pour l’adulte d’observer et d’être attentif aux signaux que l’enfant envoie. Les encouragements sont les bienvenus et même recommandés pour que l’enfant continue sur sa lancée ! Toutes nouvelles actions qu’il a effectuées seul lui a demandé beaucoup d’efforts, d’essais / erreurs. Il a mis du temps et maintenant il réussit tout seul. Quelle fierté pour lui de montrer à l’adulte qu’il y arrive ! Les encouragements comme : « Félicitations ! », « Je savais que tu en étais capable ! » augmentent son estime de soi et sa confiance en ses capacités. Il est important aussi de valoriser ses efforts, même si la tâche n’est pas tout à fait réussie. Cela l’incitera à persévérer.
    Pour accompagner l’enfant dans son développement, le laisser construire ses capacités propres, on va le soutenir tout particulièrement dans ses temps de soin, de change, de toilette. En prenant le temps d’échanger, de saisir son regard, de lui montrer ce que l’on fait. C’est cette conversation active qui le renforce, le nourrit de sécurité affective et qu’il réutilise après, seul sur son tapis, dans son jeu. C’est pourquoi un moment de soin doit être préservé, ne doit pas être interrompu, même par une collègue pourtant bienveillante.

    Les défis physiques permettent à l’enfant de prendre des décisions pour ensuite prendre des risques. Cela n’est pas synonyme de danger mais plutôt de défi ! L’adulte peut inciter l’enfant à bouger et jouer activement en le laissant vivre ses expériences et en évitant d’imposer trop de restrictions. Le rôle de l’adulte est d’essentiellement trouver un équilibre entre le niveau de risque et l’espace laissé à l’enfant afin que celui-ci prenne ses propres décisions. Ainsi, plus l’enfant a la possibilité de prendre des risques, plus il aura confiance en lui et éprouvera le désir de développer ses habiletés motrices et sensorielles. Ceci lui permet d’être de plus en plus autonome.
    Nous faisons la distinction entre prise de risques et danger :
    •    La prise de risque pour l’enfant amène à développer sa confiance en lui et répond à une prise de décision face à un danger.
    •    Le danger, à proprement parlé, touche à la sécurité physique et affective de l’enfant.
    Nous laissons à portée de l’enfant des jeux de défis adaptés à son âge et à sa taille et nous observons le comportement de l’enfant pour intervenir en cas de besoin. Nous encourageons l’enfant et c’est grâce à ça qu’il se sent capable et expérimente. Cependant chacun a ses peurs et les adultes aussi, ainsi lorsqu’un adulte a peur il n’est pas nécessaire de dire « non tu ne montes pas la » à l’enfant mais plutôt de verbaliser à l’enfant, nos émotions, notre peur « je sais que tu en es capable mais ça me fait peur alors je viens près de toi » ou encore en proposant à l’enfant d’autres alternatives comme proposer un parcours de motricité qui répond à ses besoins mais qui est sécurisé quand il a une envie de grimper.

    L’AUTONOMIE DE PENSER :

    A la crèche nous donnons à l'enfant la possibilité de faire des choix tout au long de la journée cela renforce aussi son estime de lui. Le fait que l’on prenne en considération son avis cela permet également à l’enfant de s’extraire de la masse, du groupe pour être considéré comme un individu unique qui peut s’exprimer. C’est essentiel pour nous qu’il ne s’oublie pas dans le collectif.
    Il peut faire des choix réfléchis car nous prenons le temps de lui expliquer chaque situation ce qui lui permet d’anticiper les moments de vie. De plus, nous sommes régulières dans notre façon d’intervenir et nous créons autour de lui des repères spatio-temporels qui le sécurisent.
    Par le fait d’assumer ses choix, il voit ce qu’il gagne et ce qu’il perd. Il comprend seul grâce à ses actions l’intérêt des situations. Offrir des choix à l’enfant permet de le responsabiliser, de lui permettre de prendre ses propres décisions (selon son âge et sa compréhension bien sûr !), et de satisfaire son besoin d’autonomie. Cette stratégie est également intéressante lorsque l’enfant est dans sa phase d’opposition (vers deux ans) car elle limite les conflits et lui permet de se sentir entendu. Il est nécessaire cependant que les choix soient limités. Deux choix suffisent en général sinon cela devient trop compliqué pour lui.
    Le temps que l’adulte « prend » pour laisser le temps à l’enfant de faire seul est important. Pour aller plus vite, les adultes ont tendance à vouloir faire à la place de l’enfant. Mais lorsque l’enfant désire faire seul et qu’il n’en a pas la possibilité, cela peut déclencher des situations de crises, des refus, des colères. Ce temps « perdu » à désamorcer les tensions prend beaucoup de temps, temps qui aurait pu être utilisé pour accompagner l’enfant dans la tâche qu’il voulait réaliser.
    Le manque de temps, est souvent un obstacle à la maison. « Dans le tourbillon du quotidien, les parents sont toujours à la course », explique la psychologue Nadia Gagnier . Pour aller plus vite, ils ont tendance à tout faire à la place de l’enfant. C’est une réaction normale et nous sommes bien conscients que le temps manque parfois aux familles. A la crèche, l’enfant peut s’entrainer (toute la journée s’il le souhaite !) car nous prenons ce temps-là. Les débuts sont toujours longs et demandent beaucoup de patience.  
    Ce qu’il est important de retenir également, c’est qu’il y a de grandes différences entre les enfants dans l’accès à l’autonomie : différences de priorité, de maturité… Pour chacun, il y a un bon moment, une période assez courte pendant laquelle il peut acquérir une autonomie rapide et facile : il a envie, est d’accord et se sent prêt !  A nous, adultes, de saisir ce « bon moment » !

    L’EVEIL PAR L’EXPERIENCE

    Dès la naissance, le jeu est primordial pour l'épanouissement sensoriel, psychique et moteur du tout petit. Jouer c’est se construire. Dès ses premiers jours, le bébé est avide de découvrir et de communiquer. Le jeu est essentiel à son bon développement et dans la construction de son individualité et de sa personnalité. Le jeu permet de comprendre le monde extérieur et de traduire ses émotions.
    En jouant, il prend progressivement conscience de son corps ; tout est prétexte à explorer, manipuler, toucher… La crèche est un lieu où il peut inventer des jeux variés lui permettant de faire différentes expériences, découvertes et s’ouvrir sur le monde qui l’entoure.
    Les bébés, avant le langage, fonctionnent de manière très différente des enfants plus grands. Ils fonctionnent en étant des explorateurs et des chercheurs.
    Des explorateurs car ils vont partir à l’aventure dans cet environnement nouveau que l’on va leur proposer et des chercheurs car ils vont tenter de poser des hypothèses, tenter de les valider ou les invalider pour comprendre comment le monde fonctionne. Ils ont besoin d’agir sur le monde. Quand ils partent à l’aventure comme explorateur ce qui est important pour eux c’est de pouvoir être en action.
    Par exemple : Les enfants ne font pas toujours les choses comme on aimerait qu’ils les fassent. Très souvent, ils vont préférer monter le toboggan par la rampe et pas par l’escalier. Pour l’adulte qui monte toujours par l’escalier, l’enfant monte donc à l’envers. Mais pourquoi font-ils cela ?
    Car c’est plus facile pour eux de monter par la rampe car c’est en pente et ils voient où ils veulent aller c’est à dire en haut. Alors que souvent par les escaliers, il faut traverser plusieurs passages avant de pouvoir glisser sur la rampe. Donc ils essayent de monter par la rampe et ils essayent de contrôler leurs appuis, de savoir comment fonctionnent leur corps et quels appuis ils ont besoin pour pouvoir monter par la rampe. Tout au long de leur développement et du fait de leur expérience, les enfants ont pour habitude d’exercer leur corps. Plus grands ils sont capables, par exemple, de porter des charges lourdes (Ex. vélo, chaises…), de courir, monter une pente, une bute… ainsi pour l’enfant il est plus simple pour lui de s’aider de l’ensemble de son corps pour monter cette pente plutôt que de grimper par les escaliers, chose qu’il n’a pas l’habitude de faire et qu’il a moins expérimenté.
    C’est ainsi qu’ils vont faire de nombreux essais sans y arriver du premier coup. Ces nombreux essais vont être très intéressants pour eux, pour comprendre le fonctionnement de leur corps dans l’espace. Le rôle de l’adulte est important dans cette situation. Parfois on voit des adultes asseoir directement les enfants en haut du toboggan car ils voient que les enfants n’y arrivent pas. Cette attitude ne rend pas service aux enfants de notre point de vue, car soit ils se sentent angoissés de se trouver en haut tout d’un coup, soit ils ne prennent pas confiance en eux puisqu’ils ont eu besoin de l’adulte pour pouvoir y arriver. Et cela n’aide pas l’enfant à comprendre comment il peut monter.
    Ce qui est le plus intéressant pour l’enfant c’est de pouvoir prendre confiance en lui c’est-à-dire pouvoir y arriver par lui-même. Pour cela il a besoin des adultes pour lui donner confiance, lui dire que oui il va pouvoir y arriver, qu’essayer de grimper par la rampe a un intérêt. Quand il sera arrivé en haut, ce sera une grande victoire pour lui.
    A la crèche, nous cherchons à créer un environnement propice à l’apprentissage en observant, en imitant, par la répétition et par l’émotion. En effet, le ressenti émotionnel semble jouer un rôle dans l’apprentissage. Le bébé ressent de fortes émotions qu’il ne sait pas contrôler, il a besoin de se sentir sécurisé par un adulte ou un autre enfant. Lorsqu’une émotion est ainsi ressentie et accompagnée positivement, l’expérience alors vécue par l’enfant fait apprentissage, alors qu’au contraire, les émotions négatives, non accompagnées, inhibent les apprentissages. Les adultes cherchent à tout moment à mettre des mots sur ce que l'enfant vit.
    De plus, les professionnels encouragent les enfants à exprimer ce qu'ils ressentent. La verbalisation permet au jeune enfant d’avoir une représentation sécurisante sur les événements abstraits ou incompris. Nous nous mettons à la hauteur de l’enfant pour s’adresser à lui et nous lui parlons doucement et calmement quel que soit son émotion. A aucun moment le professionnel ne doit « crier » sur un enfant.

    L’ITINERANCE LUDIQUE

    Pour faciliter ces temps de jeux, d’expériences où l’enfant va découvrir par lui-même, nous mettons en place la pédagogie de l’itinérance ludique conçue par Laurence RAMEAU .
    Cette pédagogie est basée sur la libre circulation des enfants dans les divers univers qui leur sont proposés.  Elle intègre les connaissances actuelles sur la pédagogie du développement. Dans la structure, les espaces et le temps sont organisés avec précision tout au long de la journée. Quel que soit leur âge, les enfants se déplacent librement et peuvent utiliser tous les objets mis à leur disposition. Les membres de l’équipe apportent une sécurité physique et réconfortent si besoin. Pour se concentrer les enfants ont besoin de calme et de savoir que l’adulte n’est pas loin. L’ouverture de nouveaux espaces de découverte avec les jouets mis en scène ponctue la matinée. Les enfants s’inventent leurs propres jeux à partir des objets mis à leur disposition. Tout le monde participe à son niveau et peut aller et venir à sa guise.
    Il convient avant tout d’avoir réfléchi à ce que les enfants vont trouver dans chaque lieu dans lequel ils peuvent aller, les espaces proposés doivent être différents, variés, et doivent offrir des possibilités motrices, sensorielles, imitatives, constructives, artistiques, concordantes pour permettre aux enfants de faire des liens. L’équipe a réfléchi à la place de chaque professionnel, à son rôle, à ses interventions.
    Nous avons pris l’habitude de ne pas différentier les jeux dit « libres » des jeux dits « dirigés ». Cela sous-entend pour le premier cas que les enfants sont livrés à eux même sans intervention de l’adulte qui est réduit à une surveillance lointaine, qui n’intervient qu’en cas de conflit ou de pleur. Et pour le deuxième cas, c’est un temps de « travail » ou l’adulte intervient dans le jeu puisque c’est lui qui propose aux enfants. Il est aussi plus dirigiste, surtout dans les activités ou des productions doivent être effectuées ou des consignes suivies. Les activités ou jeux dirigés ne servent qu’à rassurer les adultes sur les compétences des enfants ou à valoriser les personnels des crèches auprès des parents en faisant produire par les petits une œuvre qu’ils pourront montrer, preuve de leurs compétences professionnelles. Dans ce cas, l’enfant est utilisé et non respecté dans ce qu’il est vraiment : un explorateur. Pour les tout-petits, le jeu consiste à faire leur propre expérience, à tester leurs propres idées et non celles des adultes.
    Être professionnel à La Marelle c’est comprendre cela et s’inspirer de ce que font les enfants dans leurs jeux pour leurs organiser un environnement dans lequel ils vont pouvoir jouer librement et interagir ensemble. Les enfants nous montrent, nous enseignent comment ils apprennent et ce qu’ils apprennent. Il ne faut pas croire que les jeux des bébés sont uniquement des temps de pur plaisir. Si leur motivation pour jouer est bien le plaisir de la découverte, les jeux peuvent aussi être des moments de difficulté car ils sont souvent confrontés à l’échec.
    Il n’y a pas de section dans la crèche, les enfants évoluent en libre circulation en fonction de leur ressenti de la journée et de ce qu’ils ont envie de faire sur l’instant. Plusieurs univers sont installés tous les jours et ce sont les enfants qui sont acteurs de ce qu’ils ont envie de faire sur la journée. Les pièces sont ouvertes pour naviguer de jeux en jeux. Dans chaque univers un adulte est toujours présent en retrait, il ne donne aucune instruction mais garde un œil vigilant. Il y a des règles du vivre ensemble pour que les enfants ne se gênent pas les uns les autres et l’adulte est garant de ce cadre. Ainsi les enfants apprennent le fonctionnement du monde, de ses lois, de ses régularités et aussi de ses mystères. Mais ils ne le font pas seuls. La présence des professionnels est indispensable aux tout petits qui jouent sous le regard et à proximité d’adultes disposés à porter de l’attention à leurs actions, leurs émotions, leurs affects. Pendant ces temps de vie, l’enfant va être confronté à l’autre.

    L’INTEGRATION A LA VIE EN COLLECTIVITE

    La crèche n’est pas un lieu de vie qui socialise comme certains parents peuvent le penser. L’enfant est un être social par essence. L’être humain est programmé pour vivre en société. N’importe quel enfant ira vers l’autre naturellement. D’abord son environnement familial puis les autres enfants. Donc la crèche n’apportera rien à sa socialisation en tant que tel par contre l’enfant qui vient en crèche va vivre une grosse partie de son temps en collectivité. Il va être immergé dans un environnement avec beaucoup d’autres enfants et il ne sait pas encore comment rentrer en communication avec chacun d’eux. L’équipe de la crèche va l’accompagner dans le développement d’un système de communication. Pour un enfant communiquer avec l’adulte est plus évident car l’adulte est plus patient, il fait beaucoup d’efforts pour amener l’enfant à communiquer avec lui. Mais les autres enfants n’ont pas la même patience donc l’enfant accueilli dans une collectivité doit régler toutes ses communications en fonction de son développement du moment et de l’enfant qui a en face.
    L’intérêt de la crèche c’est d’utiliser un système de communication qui est en cours d’acquisition et de l’éprouver auprès d’un autre enfant qui n’est pas forcément du même niveau et être obligé de s’adapter. C’est souvent un gros effort pour chaque enfant accueilli car l’enfant de cet âge-là n’a pas encore les capacités de gérer ses différentes palettes d’émotion. C’est pour cela aussi que l’adulte qui travaille à la crèche va se rendre disponible par sa posture afin d’accompagner les interactions comme un médiateur et d’expliquer à chaque enfant ce qui est en train de se produire, ce que l’enfant en face essaie de lui dire et si une émotion trop importante arrive, accompagner cette émotion pour l’enfant qui la ressent et l’enfant d’en face qui la reçoit.
    Il arrive fréquemment qu’un enfant n’arrive pas à se faire comprendre par un autre enfant ou par un adulte, une frustration va émerger. De cette frustration va naitre une émotion qui va le submerger, cela peut être de la colère ou de la tristesse par exemple. L’enfant à ce stade n’étant pas capable de se résonner, va faire jaillir cette émotion. Elle peut jaillir physiquement comme par une morsure, une griffure ou un coup porté à l’autre. En cas de grande frustration, l’enfant s’exprime avec l’outil qu’il maîtrise le plus : son corps. Bien souvent, quand il est empreint à une émotion forte, il sollicite spontanément sa main, sa bouche ou son pied, et non de la parole comme on pourrait l’espérer. Ses actes ne sont pas de la méchanceté. Un jeune enfant n’a pas l’intention ni la compréhension de faire mal à l’autre ! Ces manifestations peuvent avoir différentes origines. Comme nous l’avons évoqué précédemment cela peut être la manifestation d’une pulsion mais aussi d’une excitation positive. Cela peut être une manière pour l’enfant de se décharger de ce ressenti, mais aussi de communiquer avec un autre enfant.
    Plus la parole va se développer, moins l’enfant aura de gestes agressifs pour s’exprimer ou entrer en communication.
    Il faut savoir que de nombreux comportements « inadaptés » du jeune enfant en crèche, comme à la maison, sont le résultat d’un manque d’attention ou de contenance de la part de l’adulte. C’est en partie pour cette raison qu’un enfant se comporte souvent différemment quand un adulte lui accorde toute son attention, à l’occasion d’une observation soutenue et individualisée.
    Cette phase est temporaire. Elle peut durer quelques jours comme quelques mois. Celle-ci dépend de nombreux facteurs, dont le développement de l’enfant, sa vie à la maison mais aussi et surtout, de notre propre manière d’accompagner l’enfant et le groupe durant la journée. La collectivité peut être une source de stress importante pour les très jeunes enfants, d’autant plus s’ils sont nombreux à se déplacer dans un même espace et si les professionnels sont eux-mêmes stressés.
    Quand une scène de ce type ce produit, que faisons-nous ?

    Sur le plan individuel :
    Consoler l’enfant qui a été agressé. Prodiguer les soins habituels à l’enfant qui a été mordu, frappé ou griffé tout en mettant des mots sur ses émotions : « Tu pleures car tu as sans doute mal et peut-être même as-tu été surpris(e). C’est normal, tout est arrivé si vite. Je vais maintenant m’occuper de la petite marque sur ton bras ».
    On prend le temps d’accompagner l’enfant agresseur. Inutile de le gronder, de l’isoler ou de le forcer à dire pardon. D’autant plus que l’enfant n’est pas encore intellectuellement en mesure de comprendre qu’il a fait mal à l’autre (il ne le sera pas avant 4 ans environ, âge auquel il parvient à se décentrer). On lui rappelle la règle d’or de la vie en collectivité : « tu n’as pas le droit de faire du mal à l’autre tout comme personne n’a le droit de te faire du mal ». Nous faisons attention à bien conserver une posture ferme mais bienveillante quand l’enfant transgresse. Elever la voix ou être nerveuse et agressive ne peut que cultiver la frustration et la tension de l’enfant. Alors que l’enfant a justement besoin d’être apaisé. Si on sent la moutarde nous monter au nez, on passe le relais. Nous gardons en tête que son comportement reste une réaction à un besoin. Notre objectif numéro 1 va donc être de traiter la cause de cette manifestation d’agressivité (c’est-à-dire de répondre aux besoins de l’enfant) plutôt que la conséquence. Dès que le comportement se présente, on prend le temps de nous poser cette question : « que se passe-t-il ? De quoi l’enfant a-t-il besoin ? »
    Bien souvent, les enfants nous adressent des signes précurseurs d’inconfort ou de nervosité avant de se mettre à mordre ou à taper un autre enfant. Nous sommes donc vigilants, nous observons beaucoup. Lorsque on sent que l’enfant devient trop excité, trop tendu, trop agité, on lui propose une nouvelle stimulation pour capter son attention et/ou un câlin réconfortant.
    Le contact physique bienveillant avec l’adulte permet de l’apaiser, par la sécrétion naturelle et spontanée de l’ocytocine, l’hormone de l’attachement. Cet anti-stress naturel va favoriser un sentiment de bien-être chez l’enfant. Nous lui accordons une attention visuelle positive et souriante. Un rapport chaleureux et individuel avec l’adulte permet de ressourcer l’enfant. Quand on le sent trop nerveux, on va lui confier des petites missions : celles-ci vont capter son attention et cultiver une estime positive de lui-même. Comme dit précédemment nous faisons attention à ne pas stigmatiser l’enfant. Nous réalisons une observation fine de l’enfant dans différents contextes (en repas, en jeu libre, à l’accueil, à la sieste…) pour pouvoir échanger en équipe et adopter un regard nuancé et objectif sur cet enfant. Nous employons le « Stop ! » plutôt que le « Non ! ». Tous deux ne provoquent pas la même réaction chez l’adulte et chez l’enfant. Le « Stop » vient stopper un comportement tandis que le « Non » vient instaurer un rapport de force, et ainsi une dynamique plus agressive.

    Sur le plan collectif :
    Séparer les enfants reste la règle d’or. Plus le nombre d’enfants dans un même espace est important, plus le risque de manifestations d’agressivité s’accroît. Dès que possible, nous ouvrons les portes de la crèche afin de réaliser l’itinérance ludique décrite précédemment pour que les enfants ne soient pas tous au même endroit et qu’ils régulent leurs déplacements. Nous observons les situations et les analysons en réunions d’équipe. Quand un enfant mord, tape, griffe : combien y a-t-il d’enfants dans la pièce ? Combien d’adultes ? Les adultes sont-ils posés au sol, debout ou en mouvement ? Sont-ils réunis dans un même coin ou répartis dans la pièce ? Un point important : l’ambiance est-elle rassurante ou au contraire source de stress ? En fonction de nos observations, nous repensons l’environnement. L’environnement influence considérablement les comportements des enfants.

    L’INTERET DU MULTI-AGES.

    Nous souhaitons tout de même garder un groupe en multi âge car nous pensons que ce type de groupe avec des âges mélangés et non uniformes favorisent le développement général d’un tout petit, car la présence dans un même lieu d’enfants de divers âges multiplie les occasions d’apprentissage. Ce type de regroupement peut également avoir un effet positif sur le comportement d’un enfant.
    Dans un accueil multi-âges, les plus jeunes observent les plus grands et sont portés à les imiter. Ils peuvent par exemple faire des efforts pour demeurer assis et concentrés comme les grands pendant une histoire. Les tout-petits peuvent aussi se mettre plus facilement à aider, à ranger le matériel en voyant faire les plus grands.
    Grâce à leurs interactions, petits et grands développent leurs habiletés sociales (ex. : ils apprennent à s’affirmer, à prendre soin des autres, à partager, etc.). De plus, la présence d’enfants plus vieux amène les plus petits à améliorer leur façon de parler afin de pouvoir mieux communiquer avec eux.
    Pour les plus grands, ils apprennent à expliquer des choses ou des jeux aux plus jeunes. C’est une source de fierté pour eux de partager ce qu’ils savent. Les grands renforcent ainsi leurs apprentissages en les expliquant. Les plus grands peuvent servir de modèles pour la gestion des émotions. Comme ils comprennent et gèrent un peu mieux leurs émotions, ils peuvent montrer l’exemple aux petits en utilisant des stratégies d’autocontrôle. Par exemple, nommer sa colère en disant à un ami qu’il est fâché ou aller s’asseoir dans un coin calme au lieu de crier lorsqu’il vit une frustration.
    Comme les enfants apprennent beaucoup par observation et par imitation, les groupes multi-âges leur offrent l’occasion d’observer des comportements très diversifiés. Les plus grands gagnent de la confiance en servant de modèles aux plus petits. Cela les encourage à faire différentes tâches et à prendre des responsabilités en plus de les rendre plus autonomes. Au contact des plus jeunes, les enfants plus vieux apprennent à mieux percevoir les besoins des autres et à y être plus sensibles. Ils peuvent ensuite en venir à offrir leur aide plus spontanément.
    Enfin, les enfants établissent des relations à plus long terme, car ils ne changent pas de groupe ni d’adultes à la fin de l’année. Cette stabilité leur permet de construire des liens solides avec les adultes et les autres enfants.
    La crèche doit permettre à chaque enfant de développer sa personnalité en tant qu’individu unique, tout en apprenant le respect de l’autre afin de trouver son équilibre et ainsi trouver sa place dans le groupe.

    L’EVEIL A LA NATURE

    La nature, c’est ce tout, ce système qui englobe à la fois les paysages, la faune, la flore, les phénomènes naturels, météorologiques, le monde minéral, végétal, aquatique et souterrain.

    POURQUOI ACCES NOTRE PROJET EDUCATIF SUR L’EVEIL A LA NATURE ?

    La pédagogie par la nature est une pédagogie active, un éveil et des apprentissages par l’expérience vécue, directement par les sens, par l’immersion au quotidien. Les espaces naturels constituent d’excellents outils pédagogiques. Ils offrent de multiples sources de jeux, de découvertes et d’apprentissage en invitant les enfants à manipuler, partager, tâtonner et explorer.

    L’OBJECTIF GENERAL :

    Nous souhaitons sensibiliser la future génération au respect de son environnement et au développement durable. Le jeune enfant a souvent une empathie et une curiosité pour la nature. L’idée est de profiter de cet émerveillement spontané du petit explorateur pour l’amener à mieux connaitre l’environnement, et donc à protéger la nature. Car c’est en étant régulièrement dans un contact direct et positif à la nature que nous construisons une sensibilité particulière par rapport à l’environnement, que nous sommes plus réceptifs à son respect. Pour cela nous pensons que l’enfant doit être en contact régulier avec la nature afin qu’elle ne soit pas étrangère pour lui. Adulte cela sera plus facile pour lui de la comprendre et de la prendre en compte dans son quotidien. Nous avons la chance de vivre dans un petit village entouré de nature. Nous sortons dans le jardin ou à l’extérieur le plus possible ainsi les enfants découvrent leur environnement naturel. Dans la société actuelle, l’homme s’éloigne de la nature, il privilégie la sécurité au détriment de ce que nous apporte la nature. Ainsi il s’agit pour l’équipe d’accompagner l’enfant dans ce contact pour s’approprier ce milieu sans le négliger. Pour cela nous allons, par exemple, au parc, en forêt, à la ferme, où nous invitons la nature dans la structure.

    L’OBJECTIF PROPRE A CHAQUE ENFANT :

    L’éveil à la nature réunit toutes les valeurs vues précédemment. En effet l’enfant, accompagné régulièrement dans un milieu naturel, peut faire ses propres expériences. C’est lui qui agit, invente, crée ses activités et développe son imagination. La nature est un endroit pour jouer en groupe, pour communiquer, pour échanger. Elle est également un lieu de contemplation, calme pour profiter, lézarder et observer. L’enfant peut ainsi développer sa créativité, son imaginaire et sa capacité de concentration.
    Explorer par le jeu et par le plaisir le monde qui nous entoure, à la fois spontanément et en étant invité et accompagné par les adultes, permet de s’émerveiller de mille choses, des formes, des couleurs, des odeurs, des textures en passant par les émotions et donc d’apprendre, sans s’en rendre compte, à aimer et à respecter notre environnement.
    Permettre à l’enfant un contact régulier et positif à la nature, c’est donc aussi l’accompagner à la connexion à quelque chose de plus intégral et riche de sens, qui lui permettra aussi peu à peu de cerner le cycle de la vie de façon claire et compréhensible (la vie, la mort, les changements, …). Tout cela s’observe le plus simplement du monde dans un environnement naturel.
    Le contact avec la nature apaise l’enfant en proie à ses émotions négatives, elle lutte contre le stress. Cela permet également à l’enfant de faire des découvertes. Il peut prendre le temps d’explorer et de ce fait développer sa confiance en lui. De plus, étant dans un grand espace (parc, forêt), l’enfant peut d’avantage bouger et faire de l’exercice physique pour voir ce qu’il est capable de faire. Il développe ainsi son autonomie et l’autodiscipline.
    L’éveil à la nature se vit par une expérimentation directe : avec le cœur, la main et la tête, comme le préconisait le pédagogue Pestalozzi . C’est à dire découvrir dans la joie, en relation avec les autres et à l’écoute de ses émotions (le cœur) ; dans l’action concrète, l’expérimentation avec ses 5 sens et son corps tout entier (la main) ; dans la compréhension et des savoirs plus abstraits (la tête). Les émotions (le cœur) tiennent une place essentielle dans une éducation à la nature : les neurosciences ont prouvé qu’un apprentissage n’est réellement acquis, profond et durable que s’il se fait dans l’enthousiasme, connecté à nos émotions. La joie de la découverte passe par le jeu libre, l’émerveillement du jeune enfant et l’accompagnement de l’adulte dans le plaisir de la découverte, dans le vécu de ces émotions liées à la découverte de la nature plus que vers des « apprentissages » ...
    L’expérimentation par le corps et la main a été évoquée par Maria Montessori qui a mis en lumière l’importance du mouvement, du vécu dans son corps : elle explique que le travail avec la main construit le cerveau, que cet aspect concret rend les apprentissages solides et durables.

    LE ROLE DE L’ADULTE :

    L’objectif d’une éducation à la nature est vraiment d’accompagner l’enfant à bien se connaître, de l’aider à appréhender ses limites et ses capacités, pour qu’il puisse être acteur de ses découvertes, selon ses envies, besoins et compétences du moment.
    Accompagner leur exploration et leur observation, leurs sensations des phénomènes naturels, des rythmes et des saisons, les aide à construire leur conscience du temps, de l’espace, et du vivant dans sa globalité.
    Le rôle de l’adulte est alors d’accompagner l’enfant à tenter de résoudre lui-même les problématiques et questionnements que le milieu naturel lui offrira. Comme le préconise la pédagogie Montessori, l’enfant peut choisir librement les activités qui font sens pour lui. Dans une éducation par la nature, l’adulte essaie d’être le moins interventionniste possible : il laisse l’enfant s’immerger, prendre le temps de comprendre, d’apprendre par essais-erreurs, en se trompant, en rectifiant… Une démarche d’éveil à la nature passe le jeu, le plaisir et l’expérimentation, et le partage de valeurs de respect de la nature, qui ne peuvent être transmis que, par l’exemple et l’enthousiasme partagé.
    Malgré tout, le rôle de l’adulte est essentiel, guide et accompagnateur dans le milieu naturel, c’est aussi lui qui transmettra le mieux à l’enfant son amour, son respect, son enthousiasme et son émerveillement au sujet de la nature ! L’adulte sera celui qui sécurise, tant au niveau physique (dangers de chute, d’ingestion, d’irritations, etc.), qu’au niveau psychique (il est disponible pour rassurer l’enfant, lui montrer sa confiance, l’encourager, favoriser l’expression de ses émotions, etc.). L’adulte crée une atmosphère favorisant la découverte et l’expérimentation autonome, tout en se rendant disponible pour en éveiller les intérêts et accompagner la curiosité naturelle du jeune enfant.

    UNE PEDAGOGIE DE ET PAR LA NATURE :

    Dans une éducation à la nature, les découvertes sont cycliques, car calées sur les cycles de la nature, les saisons, et surtout là où la curiosité de l’enfant va nous mener ! Pas de réel objectif d’apprentissage avant 3 ans, l’objectif est vraiment de favoriser des expériences sensorielles, ludiques et positives avec la nature de proximité. Ces expériences en nature visent tant une pédagogie DE la nature (apprendre à connaître la faune et la flore) que PAR la nature (faire des apprentissages, par exemple les couleurs ; le langage ; la motricité, la créativité... : autant de belles compétences développées lors du contact avec l’environnement naturel !)
    Éveiller la nouvelle génération à la nature est essentiel pour le développement harmonieux du jeune enfant, et aussi l’avenir de notre planète : reconnecter l’humain à son environnement est devenu un réel enjeu de société. En tant que professionnels de la petite enfance nous pouvons, nous devons même l’intégrer à notre accompagnement quotidien du jeune enfant et de sa famille.

    CONCLUSION :

    Les connaissances sur le développement du très jeune enfant ont énormément évolué ces 30 dernières années. Ce projet éducatif est le fruit d’une longue réflexion pédagogique pluridisciplinaire et s’appuie sur nos observations quotidiennes. Il est pensé du point de vue de l’intérêt de l’enfant et fondé sur notre expérience et les travaux de pédagogues ou scientifiques reconnus. Il traduit les valeurs à l’origine de nos pratiques et notre exigence de qualité. Il sert de cadre de travail à chaque professionnel.
    D’un point de vue pragmatique, nous avons souhaité illustrer nos idées par des exemples précis et concrets, à l’image de notre action, pour que ce projet éducatif soit un précieux outil à l’attention des professionnels qui choisissent de travailler à La Marelle enchantée, de comprendre et partager nos valeurs et notre démarche. Nous avons enfin souhaité porter ce projet à la connaissance des familles pour qu’il serve de base à un dialogue riche avec les professionnels afin d’expliciter le sens et l’intérêt de nos pratiques en crèche qui placent le bien-être et le respect de l’enfant au centre de nos actions. Ce sont nos engagements fondamentaux nécessaires au bien-être et au développement des enfants et à l’épanouissement de leur famille. Pour respecter ces engagements, l’équipe est constituée de professionnels spécialisés dans la petite enfance avec des pratiques pédagogiques pensées, testées et sans cesse remises en question pour savoir évoluer et s’adapter à l’unicité des enfants et de leurs proches.
    C’est par ce savoir-être et ce savoir-faire que nous souhaitons proposer un bien vivre au sein de notre structure, tout au long des 5 moments phares qui rythment la journée au sein de notre structure : l’accueil, les soins, le repas, le sommeil et le jeu. Ces points sont détaillés dans le projet pédagogique. Ce projet met en lien les 5 valeurs énoncées dans ce projet éducatif dans ces 5 moments à la crèche.
    La Marelle Enchantée a pour volonté d’être un lieu dans lequel les enfants et leur famille pourront s’épanouir ainsi qu’un lieu à l’écoute, professionnel et convivial, dans lequel nos équipes professionnelles pourront remplir leur mission en toute sérénité.

    Pas de commentaire!

    Ecrire un commentaire

    Rappel : Ne communiquez jamais vos données personnelles (nom, adresse, n° de téléphone...) !
    Votre nom :
    Votre email :
    Je souhaite m'abonner à la Newsletter :

    Recopiez le code de vérification suivant : image de protection Respecter les MAJUSCULES et les minuscules.

    Votre commentaire (300 caractères max) :

    N'oubliez pas que les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits par les conditions générales d'utilisation du site et que vous pouvez être identifiés par votre adresse internet (18.204.42.98) si quelqu'un porte plainte. Le responsable de publication se garde le droit de publier ou non les commentaires.

    Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par le responsable de publication du site lamarelleenchantee.ovh dans le but de gérer les membres du site (Identification). Elles sont conservées pendant la durée d'inscription du membre et sont destinées au responsable de publication. Conformément aux lois « Informatique & Liberté » et « RGPD », vous pouvez exercer vos droits d'accès aux données, de rectification ou d'opposition en vous adressant à l'école (Voir rubrique "mention légale").
    Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.

    En validant le commentaire, vous acceptez que votre adresse IP soit enregistrée par soucis d'identification et ceci pendant toute la durée de publication du commentaire. De même, en saisissant votre mail, vous acceptez que celui-ci soit conservé par soucis d'identification et ceci pendant toute la durée de publication du commentaire.
    Comme cela est précisé dans les mentions légales, vous pouvez demander la correction ou la suppression de ces données ou du commentaire, ceci avoir pour effet de supprimer intégralement le commentaire et toutes les données associées.

      Navigation dans Actualités

      Navigation dans Outils

    Coordonnées

    Association La Marelle Enchantée - Le Village - 04500 MONTAGNAC
    Téléphone : 04.92.77.50.14 - Mail : postmaster@lamarelleenchantee.ovh -

    © Lapprod -